Sélectionner une page

L’article d’aujourd’hui traitera des bonnes et mauvaises pratiques sur LinkedIn. Et spécialement pour ce sujet, Pierre DERENEMESNIL est notre invité. En effet, l’expert et consultant linkedIn a partagé avec nous ses expériences, ses choix et ses conseils. Une interview riche en matière, et pleine de ressources. Sans plus tarder, voici une version écrite de l’entrevue. Comme d’habitude, installez-vous bien confortablement dans votre siège, et bonne lecture. 😊

Présentation de Pierre

De salarié à consultant

Pierre Derenemesnil, 52 ans, est doté d’une expertise sur LinkedIn depuis 2 ans et demi. Son expérience est de manière générale basée sur des emplois en CDI tant à l’international que national. Possédant d’immenses expériences, notre interlocuteur est passé par plusieurs branches, notamment par le digital en web et marketing. En clair, sa carrière est divisée en tant que salarié dans une entreprise, et consultant ou entrepreneur.

Ses méthodes apprêtées

Si Pierre Derenemynil a pu effectuer cette reconversion, c’est grâce à la méthode T-shape. Sans conteste, le consultant affirme qu’il est important de comprendre la barre horizontale qui représente la généralité.

Cependant, il est également primordial de comprendre et assimiler la barre verticale du T. Selon Pierre, la spécialisation, la verticalité est la clé pour atteindre ses objectifs. C’est la raison pour laquelle, il s’est lancé sur linkedIn. En vérité, il lui paraît essentiel de comprendre cette verticalité, car l’expertise est fondamentale.

Pour affirmer ses propos, il déclare qu’il y a une grande différence entre les démarches verticales et horizontales. Il privilégie et encourage la méthode verticale, car c’est ainsi qu’il a eu de l’expertise ouverte. Et c’est de cette manière que vous l’aurez aussi.

Le choix du réseau social LinkedIn

La principale fonction de Pierre est d’aider les personnes, possédant des clients en entreprise. Son choix de démarcher sur LinkedIn s’est réalisé parce qu’il apprécie d’échanger avec les personnes, hommes et femmes et non pas de communiquer avec une enseigne. Ainsi, son choix a été fait sur le fait de parler entre professionnels. Il indique que cet aspect lui apporte énormément de la valeur.

De plus, il affectionne également le côté professionnel de Linkedin. En effet, la plateforme est un monde très sérieux, comportant des contenus de grande valeur. De la même façon, notre intervenant, apprécie d’apercevoir les différents contenus, les visions différentes et les différents états d’esprit.

Communication sur LinkedIn : outbound vs inbound marketing

Les résultats de ses tests surprenants

Pour avancer, Pierre Derenemesnil effectue de nombreux tests. En guise d’exemple, au mois d’octobre, sur 31 jours, il a publié 39 posts. Ce consultant en herbe ne cesse de nous surprendre, car il postait plus d’un post par jour. Avec modestie, il exprime que ses tests ont été réalisés afin d’octroyer des stratégies à ses clients. Et grâce à ce test, il a augmenté sa visibilité, gagné 1800 abonnés et a suscité 2500 commentaires.

Plus tard, Pierre a opté pour une autre stratégie. Contrairement à son premier test, il agit désormais par messages privés. Pour ce faire, il établit un ciblage très détaillé, et renvoie un copywriting très fort. Par ailleurs, notre interlocuteur s’adresse à ses clients avec un message direct, sans tourner autour du pot.

Pourquoi privilégier l’inbound ?

Pierre Derenemesnil expose que la communication directe est la méthode qui lui apporte le plus. En effet, grâce à ses contenus, il attire des prospects entrants. D’après notre intervenant, les contacts entrants changent toute la dynamique, car les personnes cherchent directement une confirmation de ses services. Vraisemblablement dans ces situations, il passe moins de temps à convaincre.

Cependant, il est essentiel de ne pas omettre que la création de contenu est le point de départ. Afin de recevoir des prospects entrants, l’optimisation de votre profil et la mise en place des posts de qualités sont la clé. Et ce processus prend du temps, mais le résultat est assuré.

La délégation au sein de son travail

Quand et pourquoi ?

Lorsque notre intervenant a testé la prospection extrême, il a obtenu 2500 commentaires en un mois. Vous le savez, sur LinkedIn, certains chiffres comptent et les réponses aux commentaires comptent également. C’est à cette période que Pierre a eu recours à d’autres aides.

En effet, le passage du salarié à consultant résulte d’un changement financier, mais pas seulement. Sans nul doute, en tant que consultant, la charge de travail est immense. Ainsi, Pierre se confie que lors de ses expériences, il a pu apercevoir sa liberté diminuée. De ce fait, il suggère à d’autres entrepreneurs de déléguer, de partager les tâches.

Les atouts de travailler en équipe

Il affirme que c’est un gain de temps, et ça lui permet également de s’occuper de sa vie personnelle. Tout simplement, il a travaillé et travaille toujours avec des personnes de confiance. Le rôle de son équipe est de commenter les posts à sa place. Mais, peu à peu, il délègue également sur la rédaction de ses posts. Cependant, pour établir ce lien de confiance, il a établi des règles de gestion : commentaires simples et rapides. Même s’il vérifie les commentaires en fin de journée, ces aides lui apportent de la visibilité.

PS : Nous allons tester cette technique de notre côté, et si elle s’avère fructueuse, nous vous partagerons les résultats dans un prochain article 😉

Une fin actionnable

Pour le mot de la fin, Pierre DERENEMESNIL suggère au profil linkedIn optimisé d’envoyer des audios, des vocaux, dans les messages privés. Véritablement, la partie humaine est un aspect très important sur LinkedIn. Ainsi, préparez un pitch, mais sans lire est un excellent moyen d’établir un premier contact avec vos prospects. De la même façon, un audio permet de créer un sentiment de confiance entre vous et le (futur) client.

Dans un second temps, notre interlocuteur souhaite également vous conduire à privilégier la qualité que la quantité. Ses expériences lui ont permis d’avoir cette vision. En vérité, ses exploits lui ont fait réaliser que c’est la qualité et non la quantité qui lui remplit son agenda.

En clair, l’automation devrait être réduite, car le côté « humain », le côté « personne » en vous augmente les réponses positives. Et si vous n’arrivez pas à tout gérer seul, sans automation, faites appel à une aide, car être le best est certes l’objectif, mais la vie est faite de seconds best.

Testez, testez, testez, tout en ayant un bon « équilibre », car c’est la seule manière de savoir.